Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Digital Savoie-French Tech in the Alps-Chambéry
menu

Quelles seront les futures start-ups licornes de la French Tech ?

Après une année 2017 exceptionnelle, l'écosystème de la French Tech se confronte à de nouveaux défis : faire grandir ses startups pour lancer de nouvelles licornes (startups valorisées plus d'un milliard de dollars), favoriser la parité et la mixité sociale, et créer les soupapes de sécurité pour résister à un probable retournement de cycle à moyen terme.

La tribune revient sur les actions de la French Tech, et notamment son nouveau défi : accompagner des start-ups et découvrir les nouvelles "licornes".

 

Lire l'article de la Tribune

En bref :

Comment faire grandir et perdurer les pépites qui éclosent dans toute la France ? Comment créer de nouveaux champions français du numérique capables de dominer leur marché, tels un Facebook ou un Criteo ? Les défis de la French Tech sont aussi sociétaux.

Record de levées de fonds en 2017

D'après de nombreux experts, la période de « rattrapage » de la French Tech vis-à-vis de pays comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne touche à sa fin. Autrement dit : la croissance exceptionnelle de l'ensemble de l'écosystème français devrait commencer à  ralentir.

Cependant le lancement à Paris de Station F, le plus grand campus de startups au monde, les annonces d'investissements en France de géants mondiaux comme Facebook, Google ou encore SAP, la démonstration de force des pépites hexagonales au CES de Las Vegas, et enfin l'élection d'Emmanuel Macron, saluée par les milieux économiques, ont contribué à renforcer considérablement l'attractivité de la French Tech et à crédibiliser pour de bon le pays en tant que "startup nation". 

Pourquoi un retard des levée de fonds en France ?

L'absence d'investisseurs « longs » dans l'innovation, c'est-à-dire d'acteurs prêts à investir sur plus de dix ans (comme l'agence fédérale américaine Darpa ou des fonds de pension capables d'investir des montants significatifs dans le non-coté), est l'une des principales causes.
L'écosystème français pâtit aussi de la frilosité des grands groupes, pourtant interlocuteurs naturels des startups. Qu'il s'agisse de contrats commerciaux, d'investissements, d'acquisitions, de partenariats ou de co-développement, les relations entre les startups et les géants de l'économie française sont très insuffisantes, voire cosmétiques.

 

Levées de fonds en 2017

France : 2,5 milliards d'euros (2,1 milliards en 2016, source EY)
Royaume-Uni : 7,2 milliards d'euros (source Dealroom)
Allemagne et Israël : 1,1 milliard d'euros (source Dealroom)